Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Les iksars

Les iksars ressemblent à des hommes-lézards et sont plutôt grands. Ils viennent du continent de Kunark. Leur créateur est Cazic-Thule. Ils font de très bons guerriers et mages grâce à leurs bonnes caractéristiques en intelligence et en force. Ils ont aussi une excellente endurance. Ils sont d'alignement mauvais et commencent dans la ville de Freeport.


retour à la page des espèces

Les caractéristiques des iksars : 
 force : 18
agilité : 22
 résistance : 18
 intelligence : 20
sagesse : 22

 

 

 

 

 

Les traditions des iksars :

 Nom
 Effêt
 Durée
 Rechargement
Greenmist Salvation+3% de résistance, de type maladie
permanent

Honed Body+5 en agilité
permanent

Defensive Coloration invisibilité (sans mouvement)
30 minutes
5 minutes
Legacy of the Shissar +3% de puissance maximale
permanent

Tough Scales +5 en défense
permanent
 
Natural Regenerationaméliore la régénération de santé, +2 agilité
3 minutes
30 minutes 
Sebilisan Strike  bonus de dommages, de type broyage
3 minutes
30 minutes 
Whipstitch +5 aux compétences de tailleur
permanent
 
Dark Medicine +5 aux compétences d'alchimie
permanent
 
Proficient Swimmerrespiration sous-marine
3 minutes
30 minutes


Histoire :

        Ils parlent aujourd'hui des terreurs de la Brume verte mais nous, ca fait très longtemps que nous connaissons l'existence de la Brume. En effet, au moment où nous en eûmes besoin, nous aussi fûmes sauvés par la Brume qui arriva des cieux, recouvrit nos ennemis et les détruisit.
Venez, les petits, venez écouter l'histoire des Iksars. Nous existons depuis bien plus longtemps que tous ces frimeurs qui se vantent d'avoir été les premiers à faire ci et à faire ça. Cazic-Thule nous créa il y a très longtemps, nous donnant la forme que nous avons aujourd'hui : une longue queue, des bras robustes et une armure de naissance.
Nous avons construit notre puissante forteresse de Sébilis comme un symbole du savoir et des traditions à Kunark. Pendant de longues années, nous avons étudié nos domaines de prédilection. Et puis les ignobles shissars sont arrivés. Ils nous ont maudits, ils nous ont enchantés.
Les peaux tendres disent que nous sommes amers, mais ils seraient amers eux aussi s'ils avaient été réduits à l'esclavage par ceux qu'ils considéraient comme leurs semblables. Un iksar doit se faire servir par tous. Un iksar ne doit pas être forcé à servir quelqu'un d'autre.
Les cieux s'ouvrirent au bout de longues années, et la Brume verte tomba sur nos ennmis. Nous nous réjouîmes de leurs cris, et cassèrent les liens fragiles avec lesquels ils pensaient nous tenir. Nous vîmes les champs aprsemés de leurs cadavres, et connûmes la satisfaction pour la première fois depuis de nombreuses années.
 
            Nous nous enrichîmes en costruisant sur les os des shissars. Nous prîmes ce qui nous revenait de droit. Et tous tombèrent devant nous comme il se doit ; ils nous demandèrent de les diriger et nous acceptâmes. Nous détruisîmes les autres aussi facilement qu'un bateau fendant l'écume à la surface de la mer.
Les dragons étaient les seuls qui se sentaient menacés car ils sentaient notre puissance. Et même s'ils pensaient pouvoir déjouer nos plans, ils avaient peur de nous affronter directement. Et ils avaient bien raison car nous avions des années de colère réprimée à libérer. Nous utilisâmes contre eux ce que nous avions appris auprès de nos anciens conquérants. Ils nous auraient laissé tranquilles s'il n'y avait pas eu la traîtrise du dragon Trakanon qui se mêla de choses qui ne le regardaient pas.
A cause de ses mensonges, nos serviteurs se retournèrent contre nous et nos avant-postes furent anéantis. Trakanon détruisit Sébilis. Notre ville était en ruines, ses mensonges gagnaient du terrain... Nous ne pouvions plus gouverner nos serviteurs comme ils en avaient besoin.
Une fois Sébilis détruite, nous entamâmes la construction de la ville de Cabilis et de la ville de Brume. Nous étions entourés de choses qui nous rappelaient notre époque de gloire, l'époque où nous gouvernions Norrath. Rien de ce qui s'est produit depuis ne serait arrivé si nous avions pu continuer à diriger Norrath.
Nous dirigions beaucoup de créatures, parmi lesquelles les sarnaks, que nous avions créés. Les sarnaks étaient mi-iksars, mi dragons, et avaient notre force et notre intelligence. Ils se débrouillaient tous seuls, et cela n'était pas pour nous déplaire. Nous n'aimons pas les parasites.
 
            Maintenant, au-delà de Kunark, le monde était plongé dans l'Age de la guerre. Nous avions nos plans mais nous n'en parlions pas car nous savions que nous ne pouvions faire confiance à personne. Nos éclaireurs nous rapportèrent, à plusieurs reprises, les victoires de l'aemée rallosienne. Nous nous préparâmes au combat. Ils vinrent des Montagnes frontalières, où vivait les sarnaks. Nous aiguisâmes nos griffes et nos dents. La nouvelle armée de Rallos Zek était de taille mais nous sommes des iksars et la force des âges coule dans nos veines.
Même si les batailles faisaient rage, nous ne défendîmes personne d'autre et nous ne luttâmes que pour nous. Lorsque nous avions été assiégés, personne n'était venu nous aider ; nous n'allions aider personne. Certains disent que c'est égoïste. Est-ce égoïste de traiter les autres comme ils vous ont traités?
Bientôt les cieux se déchirèrent et ce que beaucoup considéraient comme une légende se reproduisit ; la Brume verte refit son apparition. Les Rallosiens connurent la défaite, comme les shissars jadis. Les autres surent alors que les iksars leur avaient dit la vérité concernant la mort qui venait du ciel.
Kunark fut déchiré par de nombreux tremblements. Le Lac du mauvais présage se transforma en une mare bouillonnante et finit par engloutir la ville de Cabilis. Toute la ville disparut, et ceux d'entre nous qui ne s'y trouvaient pas à ce moment se retrouvèrent isolés. Tu sais également que les terres furent violemment déchirées en deux à ce moment-là. Un bateau transportant de nombreux iksars se retrouva suffisamment près de ce qui était autrefois Antonica pour permettre à certains de ces iksars d'atteindre le rivage.
          Nous ne croyons plus qu'en la puissance de notre force. Nous faisions confiance au créateur, Cazic-Thule, et il nous a abandonné. Nous lui faisions confiance, mais nous ne ferons plus confiance à personne. Nous sommes fiers, et croyons uniquement en nous-mêmes.
 
Lyk