Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Les elfes des bois

Les elfes sylvains sont des elfes ayant décidé de vivre dans la forêt, en harmonie avec la nature. Ils ressemblent aux demi-elfes par leur taille mais sont beaucoup plus agiles. Ils viennent de la ville de Faydark sur le continent Faydwer. La créatrice des elfes sylvains est la déesse Tunare. Ils représentent les meilleurs scouts et font aussi de très bon prêtres. Ils sont d'alignement bon et commencent dans la ville de Qeynos.


retour à la page des espèces

Les caractéristiques des elfes des bois : 
 force : 14
agilité : 30
 résistance : 16
 intelligence : 17
sagesse : 23

 

 

 

 

 

Les traditions des elfes des bois :

 Nom
 Effêt
 Durée
 Rechargement
 Elven Reflexes+5 en agilité
permanent

Faydwer Fashions+5 aux compétences de tailleur
permanent

Camouflage invisibilité (sans mouvement)
30 minutes
5 minutes
Vitality of the Feir'Dal +3% de puissance maximale
permanent

Wind Warrior  +2 défense, +2 parade
permanent
 
Forageaméliore la régénération de santé, +2 résistance
3 minutes
30 minutes 
Gift of the Faydark +5 aux compétences d'ébéniste
permanent

Herbal Protection+3% de résistance, de type maladie
permanent
 
Precision in Combatbonus de dommages
3 minutes
30 minutes


Histoire :
        Tunare, déesse de la nature, est notre mère. Un jour, elle marchait seule dans les bois lorsqu'une feuille de chêne tomba sur le sol, devant elle, pour qu'elle n'ait pas à marcher dans la boue. Elle la ramassa et souffla dessus, créant ainsi les Feir'Dals. Les Feir'Dals se sentent chez eux quand ils sont entourés de verdure. Il y a longtemps, nous vivions à Faydwer, dans notre ville de Kelethin, parmi les arbres.
Les bois de Faydark s'étendaient aussi loin que la mer et étaient tout aussi abondants. Ils nous offraient tout ce dont nous avions besoin : nourriture, abri, armes et boucliers. Des histoires parlent du premier jour de la Saison de la croissance, quand les bardes feir'dals se plaçaient sur les branches et chantaient des chants de bénédiction et de remerciements adressés à Tunare. Pour ceux qui se trouvaient en dessous, c'était comme si les arbres eux-mêmes chantaient.
Des arbres j'ai vu la fumée des premiers feux de la Guerre de Fay. Les Teir'Dals et leurs serviteurs nous voyaient juste comme des empêcheurs de tourner en rond, quelque part entre eux et les Koada'Dal. Ils avaient prévu de traverser Faydark pour atteindre Felwithe.
Nous n'avions jamais affronté un ennemi de cette trempe, mais nous avons résisté vaillamment. Les Teir'Dal poussaient leurs serviteurs vers la mort ; lorsque l'un d'entre eux tombait, un autre arrivait pour prendre sa place. Ils se battaient avec honneur. Ils nous ont abandonnés, ont brûlé nos maisons et ri de notre peine.
Nous nous sommes trouvés devant Felwithe avec les Koada'Dal qui avaient réussi à sortir de Faydark. Nous étions infiniment tristes de voir qu'au-delà du champ de bataille, au loin, nos maisons étaient en train de brûler.

        La Guerre de Fay s'est terminé, les Teir'Dals se sont dispersés et nous avons regardé nos terres ravagées. Puis, l'un des enfants Feir'dal a grimpé à un arbre noirci et s'est mit à chanter le chant du renouveau, comme si c'était le premier jour de la Saison de la croissance. Nous avons pleuré.
Pour atteindre sa maturité, il faut à un arbre de nombreuses saisons de croissance. Mais il peut être détruit en moins d'une journée. Une grande partie de notre ville était irréparable mais nous fîmes de notre mieux. Nos plateformes étaient plus petites, peut-être, mais nous reconstruisîmes dans les branches.
La guerre n'était pas finie pour nous ; l'armée rallosienne s'est reformée pendant l'Âge de la guerre. Nos rêves étaient constamment envahis par le martèlement des pieds chaussés de fer des soldats marchant vers le combat.
Nous nous sentions en sécurité dans nos maisons reconstruites, mais nos rêves étaient troublés. Pour de nombreux Feir'Dals, c'était un signe de Tunare. Selon eux, nous devions partir en guerre pour protéger Tunaria, aujourd'hui appelée Antonica. Nous sommes alors partis vers Qeynos avec nos arcs et nos couteaux.
Nous avons connu beaucoup de jours sombres dans la ville des hommes, sans pouvoir toucher de l'herbe ou un tronc d'arbre. Nous contemplions les murs de la ville, tristes ; les bois nous manquaient. Bon nombre des jardins que compte Qeynos aujourd'hui furent construits par ceux d'entre nous qui ne se battaient pas.

        La guerre s'est terminé par le terrible massacre des rallosiens par la Brume verte. Sans chef et affaiblis, ils se sont enfuis dans les collines. Finalement, nous avons pu quitter la ville pour aller guérir les arbres endommagés par les infâmes rallosiens.
Nous sommes restés pour aider à réparer la forêt autour de Qeynos, sans penser que notre propre ville pouvait être en danger. Mais la Fissure commençait et le monde tel que nous le connaissions avant les guerres allait changer. Sous nos pieds, le sol s'est alors ouvert et Antonica a explosé.
La mer était déchaînée et jetait les bateaux dans le port comme des jouets insignifiants. Nous escaladâmes les plus hautes branches, qui se brisèrent dans le vent. Lucline explosa comme les terres autour de nous. Nous fîmes appel à Tunare, mais elle ne répondit pas. Nous étions ses enfants, nous devions résister.
Les chefs de Qeynos nous donnèrent des terres pour reconstruire notre maison, puisque Faydwer était considéré comme perdu. Le Bois des Saules est magnifique, mais je n'oublie pas que les saules sont aussi appelés "saules pleureurs".
        Les larmes de nos ancêtres ont abreuvé la terre, et c'est grâce à elles que l'herbe verte et les grands chênes sont apparus. Parfois, je me promène dans ce qu'il reste de la Forêt d'Elddar et je chante de vieilles chansons. Je chante la chanson du premier jour de la saison de la Croissance : Tunare, notre mère à tous, bénis les terres sur lesquelles nous vivons.

 
Lyk