Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Les humains

La race humaine est la plus répandue des races. Ils sont de taille moyenne et de corpulence variable. Ils viennent du vieux continent d'Antonica. Le créateur des humains est inconnu à ce jour. Ils peuvent tout faire de façon correcte. L'alignement des humains est variable et ils peuvent commencer soit à Port-franc, soit à Qeynos. Leurs statistiques sont moyennes en tout.


retour à la page des espèces

Les caractéristiques humaines : 
 force : 20
agilité : 20
 résistance : 20
 intelligence : 20
sagesse : 20

 

 

 

 

 

Les traditions humaines :

 Nom
 Effêt
 Durée
 Rechargement
Clothier +5 aux compétences de tailleur
permanent

 Determination+3% de puissance maximale
permanent

 Dominationbonus de dommages
3 minutes
30 minutes
Environmental Adaptability: Cold +3% de résistance, de type froid
permanent

Environmental Adaptability: Heat +3% de résistance, de type chaleur
permanent
 
Leadershipaméliore la défense de la cible de +5
3 minutes
30 minutes 
Metallurgy  +5 aux compétences de ferronerie
permanent

Perseverance +5 en résistance
permanent
 
 Physical Adaptability +5 en défense
permanent
 
Tend Woundsaméliore la régénération de santé hors combat, +2 en force
3 minutes
30 minutes


Histoire :
            Ceci est l'histoire de deux villes, les villes des hommes : Qeynos et Port-franc. Elles se trouvent sur des îles qui, autrefois, faisaient partie d'un continent appelé Antonica. L'une se trouve à l'est, et l'autre à l'ouest. Elles sont différentes mais elles ont quelque chose en commun : elles ont été créées par des humains.
Les humains se trouvaient surtout dans les plaines de Karana et aux alentours, au centre de Tunaria. A l'ouest, la ville de Qeynos fut fondée par Antonius Cautionus 1er du nom. La ville fut construite par des individus nobles et forts qui croyaient aux lois et à l'ordre. A l'est, la ville de Port-Franc devint un port dangereux pour ceux qui s'aventuraient sur l'Océan des Larmes. Son chef, Sire Lucain D'Lere, consolida sa position grâce à diverses alliances stratégiques.
Ce sont les studieux érudits, descendants des humains, qui ont provoqué le début de l'Age des Tumultes en découvrant des pratiques oubliées. C'est assez ironique, je trouve. Ce sont eux qui, par leurs combats, ont modifié la forme des terres. Le changement peut faire peur, et beaucoup réagissent par la violence lorsqu'ils ont peur et se mettent à craindre tout ce qui est différent.
Il y avait des émeutes dans tout Port-franc ; les citoyens effrayés et cupides cherchaient tous à prendre le contrôle à Port-Franc nord. Ces troubles sont apparus au moment de l'arrivée des Intrépides, mais il est possible qu'il ne s'agisse que d'une coïncidence.
A Qeynos, c'est au moment de la Guerre des Fléaux que la violence a vraiment commencé. Morts-vivants, citoyens et soldats corrompus attaquaient la ville de tous les côtés. Finalement, les citoyens ont réussi à repousser les envahisseurs et nettoyer la ville.
 
            Les deux cités, en conflit pendant des années, s'isolèrent du monde. Les batailles firent rage pendant l'Age de la guerre qui s'ensuivit. Les humains y participèrent mais le centre des nombreuses guerres semblait être les autres races de Norrath. Les humains de Qeynos et de Port-Franc savaient qu'ils allaient bientôt avoir leur part de la bataille, que les autres races battent ou non leurs attaquants. Personne ne s'étonna lorsque des armées d'orques attaquèrent Qeynos et Port-Franc.

Pendant plusieurs jours, la Bataille du Defi fit rage sur les deux fronts. Les deux villes finirent par survivre mais au prix de centaines de vies. Les citoyens savaient aussi qu'ils n'avaient pas totalement vaincu leurs ennemis, ils les avaient juste repoussés.
C'est à cette époque qu'on entendit parler pour la première fois de la Parole du Tranquille. Son origine est incertaine, mais e qui est sûr, c'est que de nombreux mortels ont entendu les mots suivants dans leurs rêves : « Lorsque les ombres se briseront et qu'une pluie de feu tombera du ciel, cherche refuge dans les villes des hommes. »
Au début, on considéré les grondements des montagnes et les changements survenus dans la mer comme de simples anomalies. Au fil des années, la vérité s'imposa : Norrath entrait dans l'Age des Cataclysmes. Il y eut toutes sortes de catastrophes : séismes, inondations, et la fonte de Velious. Les mers deveinrent trop dangereuses pour voyager, et plusieurs sections du monde commencèrent à s'effrondrer dans les cavernes de Sous-Tunaria pendant cette époque de Fissure.
Puis un petit tremblement de terre provoqua l'entrée des eaux agitées dans une petite caverne formée par l'effrondrement de Sous-Tunaria. Le premier domino était tombé, et tout s'enchaîna ensuite très vite jusqu'à ce que les eaux en furie aient coupé Antonica en deux.

            Les villes de Qeynos et de Port-Franc réussirent à survivre, chacune sur leur parcelle de l'ancienne Antonica. Qeynos appela son nouvel environnement « Nouvelle Antonica » tandis que Port-Franc déclaré que son nouveau continent s'appellerait « D'Lere ».
Comme si tous ces changements n'étaient pas suffisants, Lucline explosa soudainement. Quelques survivants qui virent la scène de leurs propres yeux furent aveuglés par la lumière au moment de l'explosion.
Cet évènement fut appelé « Le Fracassement ». Quelques jours après l'explosion, une pluie de rochers enflammés tomba sur Norrath. Des villages entiers qui avaient survécu à la Fissure furent totalement démolis ou brûlés.
Pendant plusieurs saisons, des rochers enflammés continuèrent à tomber du ciel en écrasant et en brûlant tout sur leur passage. C'était une époque sombre et dangereuse. Finalement, les mers et les cieux se calmèrent. Les citoyens de Port-Franc et de Qeynos se mirent à reconstruire leurs villes. D'autres races vinrent bientôt les rejoindre, à mesure que ceux dont les maisons et les terres avaient été détruites venaient chercher un refuge.
            Avec l'arrivée de tant de personnes, les villes qui avaient été longtemps dirigées par les humains devinrent plus diverses. Et comme toujours, ce sont les humains qui se sont adaptés le plus vite à ces changements. Qui sait ce que l'avenir réserve à Qeynos et Port-Franc.

 
Lyk