Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Les halfelins

Les halfelins sont le résultat d'un croisement entre un humain et un nain. Ils sont moitié moins haut qu'un humain. Ils viennent de Valrive. Leur créateur est Fizzlethorpe Bristlebane. Ils peuvent être de très bons scouts ou prêtres grâce à leur grande agilité et à leur sagesse. Ils sont bons et commencent dans la ville de Qeynos.

 


retour à la page des espèces

Les caractéristiques des halfelins : 
 force : 15
agilité : 30
 résistance : 17
 intelligence : 16
sagesse : 22

 

 

 

 

 

Les traditions des halfelins :

 Nom
 Effêt
 Durée
 Rechargement
 Always Prepared  invocation de nourriture

30 minutes 
 Distracting Hoax  réduction de la menace
3 minutes
30 minutes 
 Halfling Grand Tactics  invisibilité (sans mouvement)
30 minutes
5 minutes
Jumjum Regimen +3% de santé maximale
permanent

 Light on the Feet  +2 défense, +2 parade
permanent
 
Lunch Time améliore la régénération de santé, +2 agilité
3 minutes
30 minutes 
 Mischief Maker  bonus de dommages, de type mental
3 minutes
30 minutes 
 Niami's Tutelage  +5 aux compétences d'approvisionnement
permanent
 
 Pants Patcher  +5 aux compétences de tailleur
permanent
 
Protection of the Lucky Cabbage rune d'absorption de dommages
3 minutes
30 minutes


Histoire :
        Lorsque les dieux décidèrent de mettre des créatures sur Norrath, nous les halfelins, nous fûmes les plus chanceux car nous fûmes créés par Fizzlethorpe Bristlebane, le Roi des Voleurs. Et il nous mit dans un endroit magnifique, Rivervale.
Nous l'appelâmes Valrive car une rivière coulait au milieu de ses collines à pente douce qui se terminaient par des crevasses dans lesquelles nous nous abritions. Pour arriver jusqu'à Valrive, il fallait traverser la Forêt du Kithicor ou Brumépine, tous deux étant des endroits plutôt dangereux.
Au-delà de Brumépine, la Citadelle d'Œipleureur abrite une bande d'horribles gobelins. Un sale endroit, des sales créatures, ça c'est sûr. Pas très fins, mais franchement très énervants.
De l'autre côté, il y avait la Forêt de Kithicor, un endroit bien plus sombre et plus sinistre. Si l'on en croit les légendes, il y a de cela très longtemps, Cazic-Thule s'est pris le pied dans une racine qui dépassait et a jeté une horrible malédiction sur la forêt pour se venger ! Je ne l'ai pas inventé !
Les halfelins de Rivervale et Brumépine se sont bâtis un foyer vraiment agréable. Les humains et les elfes ont eu tout un tas de problèmes, mais pas nous. Nous avons continué à vivre comme nous l'avions toujours fait pendant des générations. Nous passions nos journées à travailler à la ferme et à recueillir du miam-miel.

        Bon, j'ignore pourquoi mais les gobelins oeilpleureurs décidèrent soudain qu'ils voulaient nous anéantir. Et ils n'étaient pas tous seuls, ce qui n'est pas surprenant car ils sont tellement bêtes qu'ils ne pourraient même pas conquérir un château de sable sans se faire aider.
Ils s'étaient maintenant alliés aux orques et se faisaient appeler la Horde infernale. Parfois, on les appelait les horribles infernaux pour se moquer d'eux ! Mais il y en avait des centaines, des centaines. Nous ne pouvions rien faire.
Les halfelins n'ont pas l'habitude d'abandonner. Nous sommes tenaces, mais nous ne sommes pas idiots.  Lorsque nous nous sommes rendus comptes que la Horde ne s'arrêterait qu'une fois qu'elle nous aurait tous piétinés, nous avons fait nos bagages et nous sommes partis. Nous nous sommes dirigés vers Kithicor, en dépit de la malédiction de la légende. La légende devait dire vrai : la Horde arriva juste après nous, brûla tous les arbres et tua tout ce qui bougeait.
En dépit du fait que le Col de Haut-poste était bien plus près, une bonne partie des halfelins décida de se diriger vers les Commonlands occidentales. Ils revinrent en courant. Où qu'ils aillent, lorsque ce n'était pas la Horde, c'était l'armée rallosienne qui s'en donnait à cœur joie. Les choses se présentaient mal.
Coup de chance, nous sommes deux fois plus petits que les humains, et nous pouvons passer inaperçus quand nous le voulons. Et crois-moi, les halfelins de Rivervale ont remercié Bristlebane plus d'une fois pour cela. Sans se démonter, ils se faufilèrent jusqu'à Qeynos.

        Parmi les écrits des elfes et des humains, on ne trouve pas grand chose qui parle de l'arrivée des halfelins juste au moment où ils avaient besoin d'aide. Ce n'est pas grave. Ils étaient dans une situation désespérée et nous ne refusons pas notre aide à ceux dans le besoin ; les halfelins ne font pas ça. Nous creusâmes à leurs côtés, épaule contre.. euh, hanche... puis les aidâmes à défendre leur ville. Si nous n'avions pas été là, la Brume verte n'aurait pas pu sauver Qeynos. Bon, d'accord, la Brume verte a peut-être un peu aidé.
Une fois les Rallosiens vaincus et la Horde en fuite, les habitants de Qeynos étaient d'humeur moins morose. Cependant, tout était encore plutôt sinistre car il fallait enterrer tous les cadavres. Nous restâmes jusqu'à la fin et les aidâmes car nous n'aimons pas les choses à moitié terminées.
Et puis un jour, nous avons commencé à faire nos bagages pour retourner à Rivervale. Notre ville avait été démolie par la Horde, il fallait la reconstruire. Et en plus, nos réserves de miam-miam étaient presque épuisées !
Malheureusement, cette fois, quelqu'un s'est pris le pied dans un gros truc. Le monde entier s'est mis à trembler comme un ramasseur de miam-miel avec un abeixi dans le pantalon. Une fois le calme revenu, nous n'avons pas pu trouver la route pour rentrer. Antonica avait été coupée en deux, et les mers bouillonnaient. De nombreux bateaux sont partis en mer pour voir s'ils pouvaient trouver un endroit où aller, n'importe où, et tous ont disparu sans laisser de trace, à part quelques bouts de bois flottant. Depuis, les halfelins ont horreur des bateaux.
        Les gens de Qeynos sont gentils avec nous, ils nous ont donné un bout de terre près d'un petit torrent pour nous installer. Mais ce n'est pas pareil. Même ceux d'entre nous qui n'ont jamais vu Rivervale ou Brumépine se languissent de leur terre d'origine.

 
Lyk