Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Les barbares

Les barbares sont des humanoïdes de grande taille, ils sont originaires d'Halas au Nord d'Antonica. Leurs créateurs sont les Dieux Mithaniel et Erollisi Marr. Ils excellent dans le rôle de guerrier ou prêtre. Leur alignement est neutre et ils débutent dans la ville de Qeynos ou de Port-Franc. Ils possèdent une grande force et une très bonne endurance.
 


retour à la page des espèces
Les caractéristiques des Barbares : 
 force : 25
agilité : 20
 résistance : 25
 intelligence : 12
sagesse : 18

 





 

 

Aptitudes innées des Barbares :

Nom  Effet  Durée  Rechargement 
Endurance de la toundra
Augmente la vitesse de mouvement de 5 %
Passif
-
Invoquer : bière Halasienne Invoque 1 bière Halasienne (alcoolisée)
-
10 secondes
 
 
Traditions des Barbares :
 
 Nom
 Effet
 Durée
 Rechargement
Claque de la toundra
Inflige des dégâts de broyage à la cible et la projette au sol 2,5 secondes
1 minute
Autorité Halasienne
Augmente la force de 5 Passif
-
Rage barbare Augmente les compétences défensives lorsque la santé tombe en dessous de 30 % Passif
-
Sprint vers la bataille
Réduit de 25 % le coût en puissance initial du sprint et augmente sa vitesse de 10 Passif
-
Sursis de combat
Augmente la force et la régénération de santé en combat 3 minutes
10 minutes
Force tribale Augmente la santé maximale de 3 % Passif -
Blizzard Augmente l'encaissement contre les dégâts de froid Passif
-
Défenseur des Glaces Eternelles
Augmente les probabilités de critiques des attaques de coprs à corps de 1, augmente les probabilités de double attaque de 1 et augmente la compétence Eluder de 5 Passif
-
Maître brasseur
Améliore de 5,0 % les chances qu'un ravitailleur réussise une étape de fabrication artisanale Passif
-
Herbologie Augmente de 5 la compétence Chimie
Passif
-


 

Histoire :
 
            Ecoute mon conte ! C'est l'histoire d'hommes et de femmes courageux. Je vais te raconter l'histoire du peuple barbare. Nous sommes les fils et les filles de Mithaniel Marr, Dieu de la vaillance, et D'Erollisi Marr, Déesse de l'amour.
Notre nom inspirait la peur dans le coeur de ceux qui croisaient notre chemin. Ils étaient faibles et nous étions forts ! Prenons par exemple Barruk qui, à plusieurs reprises, porta dix elfes à bout de bras tandis qu'il avançait dans leur rangs avec sa hache toute puissante !
Ils disent que c'est nous qui sommes à l'origine de l'Ere du sang, et c'est la vérité. Les faibles ont tremblé lorsqu'ils ont vu arriver les enfants des terres du Nord. Nous sommes grands mais nous savons nous faire discrets, jusqu'à ce qu'il soit trop tard.
Aucun mortel n'aurait pu nous arrêter. Non ! Ils invoquèrent Solusek Ro, qui dut changer la forme du monde. Mais même cela ne nous arrêta pas, et nous avions à ce moment prouvé au monde combien nous étions puissant. Nous pensions que cela suffisait.
Et un soir, les jumeaux Marr vinrent à Halas et marchèrent autour de notre feu. Ils embrassèrent le front de douze garçons et douze jeunes filles vigoureux, puis les envoyèrent vers le sud avec leur bénédiction. C'est ainsi que sont apparus nos cousins, les humains.

            Je m'appelle Nicholl Givregent, barde du clan MacNeacail. Les membres de notre famille ont toujours été les bardes de notre clan. Que les jumeaux de Marr en soient loués ! Notre clan est puissant mais ne vient pas d'Halas, ce qui fut une chance à l'époque des rallosiens.
Ecoute ! Tandis que les familles des clans barbares remplissaient leurs devoirs respectifs, Gren Givrevent quitta notre village dans les Everfrost pour aller chanter à Halas et c'est lui qui vit le premier les armées orques envoyées au combat.
Gren acceléra, sa colère lui donnait des ailes. Il vit les orques brûler les autres villages. Il les vit dévorer les morts. Il réussit à atteindre Halas avant que les portes ne soient verrouillées de l'intérieur. Gren et d'autres furent envoyés à pied avertir les villages. Ceux qui avaient fui les villages proches de Halas se rendirent à Halas. Ceux qui étaient plus éloignés rejoignirent d'autres places fortes. Et les orques continuèrent à avancer et à encercler Halas.
Halas tomba au terme d'un siège long et difficile. Les rallosiens fêtèrent la réddition de la ville en tuant les derniers chefs de clans restants et en envoyant femmes et enfants dans la nature, où ils servirent de patûre aux chasseurs. Et pourtant nous n'avions pas perdu espoir.
Oui, une bonne partie de notre peuple s'était réfugiée à Halas et avait trouvé la mort. Mais les clans des places fortes les plus éloignées arrivèrent et rassemblèrent les survivants, et jurèrent de se venger. Ils s'installèrent dans des endroits sûrs qu'eux seuls connaissaient, et attendirent.

            Nous n'eûmes pas longtemps à attendre. En quelques saisons, l'armée rallosienne fut vaincue par un poison mortel et mystérieux appelé la Brume verte. Nous reprimes Halas et allumâmes un feu avec les restes de nos ennemis.
Etait-ce un châtiment pour toutes les effusions de sang ? Personne ne sait. Et cependant, peu après la défaite des rallosiens, les terres commencèrent à gémir et à craqueler depuis leurs profondeurs. Des feux brulèrent là où la glace avait existé. L'eau coula avec abondance là où elle avait fait défaut. Je parle de l'Age des cataclysmes où, en une génération, nous vîmes des terres de glace et de neige devenir des marais puant la pourriture.
En une nuit, des montagnes entières s'effrondrèrent en emportant les maisons baties à leurs pieds. Ensuite, une glace impénétrable enveloppa tout. Et comme si les changements survenus à la surface de Norrath ne suffisaient pas, Lucline explosa dans les cieux. Des rochers de toutes les tailles se mirent à tomber du ciel comme de la pluie, écrasant tout. De nos abris de fortune, nous vîmes Halas s'éteindre. Ah, Halas ! Des pierres enflammées démolirent les murs et brulèrent notre terre ancestrale. L'explosion de la lune réussit là où toutes les armées avaient échoué. Halas avait disparu.
Notre monde se retrouvait entouré d'une couche de glace qui s'étendait partout. Le jour, la glace battait retraite, à la manière d'un orque, mais la nuit, elle avançait encore et encore, conquérante, comme un barbare.
            Ecoute ! Je vais te raconter notre voyage vers le sud, à la recherche d'un nouveau foyer. Le voyage aurait pu être périlleux, mais pas pour les enfants du nord ! Les traces de nos pas disparaissaient derrière nous dans la neige, et le monde se trouvait devant nous.


Lyk