Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Un serveur « prison » pour exiler les joueurs désagréables d'EverQuest 2

20 août 2015 à 10:25 | Par Uther | 33 commentaires

Que faire des joueurs dont le comportement nuit à l'expérience de jeu de la majorité ? Daybreak Game imagine un serveur « prison » où les exiler, sans service client et où ils pourront « faire ce qu'ils veulent » loin des joueurs en quête de tranquillité.


EverQuest II

La gestion des joueurs au comportement inapproprié ou déplacé dans les jeux en ligne est une problématique récurrente pour les éditeurs de MMO -- il n'est pas rare que ces joueurs soient suspendus (pour des durées très variables, de quelques minutes à plusieurs semaines), voire définitivement bannis des univers dont ils ne respectent pas les règles... au risque de les voir revenir avec un autre compte.
Le studio Daybreak Games entend expérimenter une autre méthode dans EverQuest II : exiler les joueurs qui n'ont pas leur place sur les serveurs « normaux » du MMORPG dans un serveur « prison ». C'est ce que le développeur explique sur les forums officiels.

Lorsqu'un joueur se sera suffisamment fait remarquer par les équipes de Game Masters du fait d'un comportement nuisant à l'expérience de jeu des autres joueurs, son compte (la totalité de ses personnages, donc) sera expédié sur ce serveur « prison », baptisé Drunder, de façon définitive et sans espoir de retour vers le serveur d'origine et ses compagnons d'armes. Et l'exile est à la discrétion de l'équipe de game masters.
Selon le développeur, les joueurs ainsi exilés (ou ceux en faisant expressément la demande) pourront « faire ce qu'ils veulent » sur le serveur Drunder, « leur propre monde » où aucun service client ait assuré.
Une approche plutôt originale, qui n'est pour l'instant qu'une expérimentation mais répond manifestement à une demande des équipes d'animation du MMORPG, et qui suscite des réactions tantôt dubitatives, tantôt positives. On sera sans doute curieux d'en évaluer les résultats dans la durée.